• Biography

    Lola Reboud is born in 1982. She studied Fine Arts in Paris at École Nationale des Beaux-Arts Paris-Cergy then photography at the École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs and aestetic at La Sorbonne.

    Lola’s artistic work exists at the crossroad between fiction and documentary, focusing on geography and people in equal measures.

    Lola Reboud’s work has been exhibited in France and abroad, including CentQuatre, Paris Photo – Galerie du jour – Agnès b.,  Nooderlicht photo festival, Photaumnales, La Box gallery, Kyotographie Kg+, CCO Art Center-Osaka, Collection Yvon Lambert(…).

    It also conducts regular commissions for the press and corporate and workshop in France and abroad.

    //

    Lola Reboud est née en 1982. Après l’obtention d’un D.N.A.P aux Beaux Arts de Cergy et d’un master en Esthétique à la Sorbonne, elle intègre l’école Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris en Photographie. Elle complète sa formation à New York, en 2008 au sein de l’agence Magnum Photo et y assiste les photographes Elliot Erwitt et Alec Soth. Puis en 2011 elle assistera une année l’artiste Yto Barrada, à Tanger.

    Le fil conducteur de sa démarche artistique est la relation que nous entretenons aux Climats et où la géographie y est aussi importante que les individus. Pour chacun des projets elle met en place des collaborations avec des géographes, volcanologues, océanographes en fonction des territoires. Ce dialogue avec d’autres disciplines est mis en oeuvre sur différents supports: textiles, papiers peint (…). Dans les espaces d’expositions cela prend la forme d’installations in situ.

    En 2013 elle est lauréate de la bourse pour la photographie documentaire du CNAP qui lui permet de réaliser Les Climats II au Japon. Elle participe  à l’expédition TARA méditerranée puis en 2017  à  la commande photographique du CNAP la jeunesse en France.  Son travail est exposé régulièrement en France et à l’étranger (CentQuatre, ParisPhoto, Galerie du jour-Agnès b., Nooderlicht photofestival, Photaumnales, la Box-Bourges , Kyotographie, CCO Art Center- Osaka, musée Nicéphore Niépce, Festival Images Singulières, Fondation Yvon Lambert (…).

     

     

  • Texts

    Augustin Berque, Climats et Milieux, 2016

    Climats et milieux

    “De dos, une jeune femme au sortir de son bain se reflète dans le cercle d’un objectif, ou d’une pupille, ou peut-être d’un monde, un orbis terrarum. Son reflet regarde cet orbe, qui se démultiplie en d’autres orbes, mais s’anamorphose parfois aussi en carrés. C’est au fond la même chose, hormis que cela dépend de l’angle : cela même que les Romains voyaient comme un cercle, orbis, la Chine ancienne l’a vu comme un carré, fang 方. Sous son angle à elle en effet, le Ciel était rond et la Terre carrée, tian yuan di fang 天圓地方. Ici, nous sommes au Japon, mais l’angle, c’est la photographe qui le détermine, semble-t-il, et il en ressort soit des cercles, soit des carrés. Sous son angle à elle, les îles sont rondes, et les volcans sont carrés. Certains, du moins. Ou peut-être est-ce l’inverse ? Sous l’angle d’un volcan, le monde ou la pupille d’une photographe deviendraient-ils carrés ? Ou ronds sous l’angle d’une île ?

    Ces angularités, les Grecs les appelaient klimata, au singulier klima, qui nous a donné climat. Un klima (du verbe klinein, incliner), c’était une inclinaison ; en particulier l’inclinaison de la surface terrestre vers le pôle, d’où dépendait l’angle sous lequel on pouvait voir le soleil à midi. Hippocrate en a tiré l’idée que le climat déterminerait les caractéristiques humaines, façon de voir qui a eu longue descendance – cela que l’on appelle le déterminisme, pour lequel le climat déterminerait le caractère des peuples. Sous cet angle-là, et sous le klima de l’appareil, peut-être en effet que les îles ou les volcans font varier les pupilles, ou du moins les objectifs des photographes…

    Le déterminisme a été réfuté par l’école française de géographie, celle de Vidal de la Blache, qui lui a substitué le possibilisme : sous un même climat, l’histoire a pu donner naissance à des genres de vie très différents. D’un même objet, diverses interprétations sont possibles, en effet. Alors, cette interprétation des climats par les sociétés humaines serait-elle arbitraire ? La chose est plus complexe, la relation plus ambivalente. Un philosophe japonais, Watsuji, l’a tirée plus au clair. Dans un livre intitulé Fûdo 風土, publié en 1935 (et qui a été traduit en français sous le titre Fûdo, le milieu humain), il a montré que l’existence humaine est structurée par l’ambivalence même de cette relation, dans laquelle l’être concret n’est pas séparable de son milieu.

    Dans ce même livre, Watsuji montrait sous cet angle les liens qui attachent les Japonais à leurs îles, au climat et à tous les phénomènes naturels qui les caractérisent. Il allait même, poétiquement, jusqu’à comparer le caractère de ses compatriotes aux typhons qui visitent l’archipel régulièrement, mais toujours de manière imprévisible. Régularité mais imprévisibilité, à toute échelle, marquent la nature de cet archipel : que séismes, typhons, éruptions volcaniques ou pluies dévastatrices arriveront, c’est sûr, mais on ne sait jamais quand. Et les Japonais aussi, aux manières habituellement si douces et si polies, sont à l’improviste capables des pires violences…

    Lola Reboud à son tour, au Japon, variant l’angle de son habituel appareil, s’enfonce dans des cratères et puis survole des îles, des baies industrielles, voire des typhons… À la japonaise, Nihon fû 日本風, prise dans le fûdo nippon, en somme. Et après tout, la jeune femme dans le miroir ne serait-elle pas née de ce klima-là ?”

    Texte écrit à propos du livre Les Climats II (Japon) – Poursuite Editions

    Leslie Compan, Août 30° (pourvu qu’elle m’aime), 2012

    «Si l’on se devait de commencer par résumer les projets photographiques réalisés par Lola Reboud en en décrivant les intrigues et les nœuds narratifs, en esquissant les principaux personnages et leur évolution, le synopsis tiendrait naturellement en quelques lignes. Car au cœur de la démarche, et au cœur des images, il n’est qu’un sujet : la rencontre. La rencontre entre la photographe et des lieux, entre la photographe et les habitants de ces lieux ; la rencontre entre les habitants, entre voisins qu’il faut apprivoiser ; la rencontre amoureuses entre deux adolescents. En ce sens, il faut reconnaître qu’une description purement factuelle, synoptique, de l’œuvre de Lola Reboud ne pourrait rendre compte dans les nuances et les ambiguïtés, les malaises et les malentendus de ces rencontres, qui ne sont au fond rien d’autres que des dispositions du hasard. Il peut être heureux ou malheureux il est vrai, c’est en tout cas à partir de cela que nous sommes dus de composer pour espérer déjouer la fatalité de l’existence.»

    Texte écrit pour l’exposition Août 30°, (pourvu qu’elle m’aime), 2012

    Marc Lenot, Lunettes Rouges, 2012

    “J’avais découvert le travail islandais de Lola Reboud lors du Prix de Levallois : on est toujours trop prompt à classifier les jeunes artistes dans une catégorie. Revoyant ses photographies deux ans plus tard (à l’Espace Dupon), après son séjour au Maroc, je suis frappé par le contraste entre ces deux volets, ces deux pays. Autant les photographies d’Islande présentées ici portent la marque d’une certaine distance, due tant à la lumière froide et aux peaux claires qu’à un point de vue, plus ou moins délibérément distant, de l’artiste face à son sujet, autant ses photographies tangéroises sont éclatantes : soleil méditerranéen, peaux mates, sensualité exacerbée d’autant plus qu’elle est discrète. Les deux corps nus de jeunes femmes islandaises, tous deux perdus dans la brume, l’une de sa douche et l’autre d’une source chaude, tout esthétiques qu’ils soient, n’émeuvent guère, les corps marocains, bikini ou djellaba, filles pudiques ou jeunes hommes fiers et provocants, sont porteurs d’une charge sexuelle forte : la tension circule entre les images, les regards se suivent, les corps sont prêts à se frôler.

    Et ce ne sont pas que les corps : face aux paysages islandais monastiques, durs et inhospitaliers s’étale la sensuelle nature marocaine, et cet arbre est en lui-même un personnage, comme le Chêne de Flagey par Courbet : guère d’austérité possible dans cette luxuriance. C’est tout le talent de la photographe que d’avoir ainsi su passer d’un monde à l’autre, et trouver dans chacun la distance juste, respect un peu austère ici, proximité un peu complice là.”

    “Des deux mondes” Publié sur le blog Lunettes Rouges – Amateur d’Art , 2012

  • Cv

    Exhibitions & Awards

    2017

     

    Les Climats, Rencontres Photographiques du 10em, Paris

    On aime l’art…!, Collection Yvon Lambert en Avignon – Fr
    TARA Expédition méditerranée,  group show, galerie Agnès b, Marseille
    Jeunes générations, group show, CACP Villa Perochon-Niort and Images Singulières

    2016

    CNAP! Group show ministère de la culture et de la communication, Paris
    L’oeil de l’expert, group show Musée Nicéphore Niepce, Châlon-sur-Saone
    Kyotographie Photo festival, Group show, Kyoto, Japan

    2015

    Fondation Louis Vuitton – auction for le secours Populaire
    TARA Expéditions-Un voyage en méditerranée – Galerie du Jour, Agnès b. Paris

    2013

    ArtOsaka, CCO, Oaska, Japan
ARTORAMA, group show, Satellit event, Marseille
    Osaka Art Fair, Jeune Création, Osaka, Japan
    Kyotographie-KG+, Yamamoto Gallery, Kyoto, Japan
    Disorientation-1, Galerie du Jour, Agnès b., Marseille, France
    Cet objet vous va si bien, Group show, La Box, Bourges, France

    2012

    30° in August ( would you love me? ), Evry, France
    Terra Cognita, Nooderlicht PhotoFestival, Groningen, The Netherlands
    De passage, group show, Photaumnales, Beauvais,France
    Les Climats, Galerie DUPON, Paris
    Les Climats I (Iceland) , Alliance Française of Reykjavik, Iceland
    Memento, group show, Galerie Area, Paris
    Never Ending Object, group show, Cité des Arts, Paris

    2011

    PPP Photo Festival Off, Cambodia
    Galerie du jour – Agnès B. – group show, Paris Photo Grand Palais
    Cinémathèque de Tanger, Rencontres Internationales de la photographie, Arles
    HSBC prize 2011, shortlisted by Agnes Sire, for les Climats 1

    2010

    Levallois Photography Award – Les climats I (Iceland)
    Jeune Création 2010, group show, CentQuatre, Paris
    Cabourg Project, group show, Cabourg, France
    FIIE, Festival International de l’Image environnementale, group show, Paris

    2009

    Révélation 3, group show, Comptoir Général, Paris
    The Student as performers, Conservatoire National Supérieur d’Arts Dramatique, Paris

    2008

    Galerie IN SITU, group show – Ensad, Paris

    2007

    Photographic Biennal of Bamako, Centre Culturel Français
    Fondation Blachère, «L’Hôpital Sominé Dolo of Mopti »

    Grant & Art residencies

    2017

    La jeunesse en France – Grant – CNAP

    2016

    CLEA – Art residency in Pierrefitte sur Seine (In progress till october 2018)

    2014

    TARA Expeditions Mediterannée, Art residency aboard the scientific sailingboat TARA

    2013

    DRAC Idf – Grant
    CNAP – Grant for the documentary project Les Climats II (Japan).

    2012

    Un été à Evry, Art residency in Evry Sur Seine

    2011

    Cinémathèque de Tanger, Tangier, Marocco

    Talks & Workshops

    Paris College of Art, digital print teacher (2014 -2015).
    Le BAL – la Fabrique du regard, Ecole des Beaux Arts-Aix-en-Provence, Cinémathèque de Tanger, ECV, École d’art d’Evry, Des clics et des classes, Fondation 93, Hasselblad gallery, Kyoto University of Art and Design, MacVal, MGI, Musée de la photographie de Bièvres, Musée Nicéphore Niepce, The British School in Tokyo, Université Lille3.

    Education

    2008

    MA in Photography, Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs, ENSAD, Paris

    2007

    MA in Aesthetics, Université la Sorbonne, Paris

    2005

    DNAP, École Nationale Supérieure d’ Arts, ENSAPC, Paris-Cergy

    Publication

    Les Nouvelles Vagues -France Culture (radio), A/A, Air France Magazine, AfriqueInVisu, A/R, Catalogue Magazine, Code2.0, Elle, Grazia, unettes rouges, M-le Monde Mag, Monocle, OFFTheWall, PhotosNouvelles, Psychologies Magazine, Regards SHUTR, Standard, SNAAP, Télérama, Vanity fair, TL (…).

    Collection

    Agnès B, Arthothèque Evry, CNAP, Fondation Hermes, Musée Nicéphore Nièpce, Pierre Bergé, Ville de Levallois